/blog/mars-2022/

Mars 2022

J’ai failli pas le faire celui-là. Court récap de mars dans lequel vous allez pouvoir trouver : Des outils à destination des créatifs, une centaine de lapins, des réflexions sur internet et la classique section jeu de rôle.

La vie d’artiste

Je suis récemment tombé sur le site de The Creative Independant. Si déjà le design un peu brutaliste/minimaliste du site m’a convaincu direct, ce sont les thèmes abordés qui m’ont fait instantanément plonger dedans.

Dans sa page de bienvenue, le site présente ses axes principaux : Comment dégager du temps pour du travail créatif ? Comment en vivre ? Comment gérer l’anxiété créative ? Mais surtout, comment construire une communauté ?

Autant de questions qui sont centrales à mes angoisses des derniers mois, donc j’ai fait un petit tour du site. Mon exploration ne fait que commencer, mais voici quelques un des contenus qui m’ont marqués.

On finding your voice se présente sous forme d’articles par différentes artistes et créateurs - comme tous les guides du site - sur le fait de trouver sa niche, son angle créatif personnel.

Ce que j’apprécie particulièrement, c’est l’angle très théorique sur les questions abordées. Même si je ne me considère pas spécialement comme un artiste, ce qui est dit s’applique à énormément de domaines. Et même si ça verse dans le développement personnel assez souvent, c’est très inspirant et ça donne envie de persévérer.

Un autre guide que j’avais besoin de lire en ce moment, c’est How do you use the internet mindfully? où 10 contributeurs abordent la question de l’utilisation d’internet, des réseaux sociaux, et comment ne pas se laisser aspirer.

Étant un énorme zoomer, j’ai un rapport assez malsain à internet. On pourrait parler d’addiction aux réseaux sociaux accompagnée d’une capacité d’attention médiocre. Cette brochure m’a conforté dans l’idée que je dois transformer mon rapport avec le web et continuer à y entretenir un espace personnel comme celui-ci.

Hundred Rabbits

Sans vraiment changer de sujet, ce mois-ci j’ai fait la connaissance de Hundred Rabbits, un collectif d’artistes composé de Rek & Devine, deux individus qui vivent sur un bateau dans l’océan pacifique. Mais en plus d’avoir un mode de vie plutôt stylé, les compères s’intéressent à des questions qui me parlent : le rapport qu’on a avec la technologie, comment développer la tech pour qu’elle dure et construire un futur plus résilient.

J’ai toujours été un fan de low-tech depuis ma découverte du relativement célèbre LOW←TECH MAGAZINE. Sans être un rejet de la technologie, le low-tech critique la vision moderne du progrès et propose une alternative fondée sur l’autonomie, la résilience et la décentralisation.

Ce qui fait de 100r.co un site unique, c’est qu’en plus de documenter quasiment tous les aspects pratiques de leur vie et de leur aventure, ils partagent des outils, des jeux, des livres et des réflexions politiques.

Je les ai découverts à travers un article de The Verge, qui parle de leur plus gros projet en ce moment, à savoir uxn.

Je ne vais pas faire semblant d’avoir parfaitement compris ce que c’était, mais je crois que uxn à vocation à être un écosystème d’applications uni par une même implémentation, un même langage de programmation qui tend à être le plus portable possible pour fonctionner sur un maximum de plateformes, de hardwares et de systèmes différents.

Même si l’aspect technique est fascinant, c’est bien plus drôle et concret de jouer directement avec les petites applications développées dans le cadre de ce projet. donsol est un petit roguelike sous forme de jeu de carte. noodle est un logiciel de dessin similaire à paint. dotgrid est un soft pour créer des petites illustrations vectorielles.

Ce que je trouve vraiment réussi et inspirant, c’est que tous ces petits logiciels sont unis par un même bon goût. Ce ne sont pas simplement des petites curiosités de geek, mais le produit d’artistes. Un développeur et un illustrateur, pour être plus spécifique. Ça se ressent dans le plaisir qu’on a à utiliser ces petits outils.

Si tous les trucs de libristes partageaient ce goût pour l’esthétisme et de l’expérience utilisateur (celle de la sensibilité, pas celle de Figma ou Adobe XD), il est probable qu’ils auraient beaucoup de mal à convaincre des gens.

Internet

Ce recap commence à être trop long parce que je raconte trop ma vie, donc on va essayer d’aller plus vite.

J’ai découvert et je me suis mis à expérimenter avec le Projet Gemini. Gemini, c’est un protocole, un moyen de communication, qui permet de créer un réseau de “capsules”, des sites internets quoi. La différence avec le grand web qu’on connaît, c’est que c’est uniquement textuel et c’est tout petit.

L’ambiance est assez proche de l’internet des années 90s. Ou en tout cas de ce qu’on m’en a raconté, ce n’est pas comme si j’y étais. Le réseau est assez petit, ce qui permet de suivre tout ce qui se produit sur le réseau au jour le jour, grâce aux agrégateurs accessible depuis la page d’accueil du réseau.

Pour l’explorer, il suffit de télécharger un client et de commencer à suivre les liens. J’utilise Amfora, qui s’intègre bien avec le terminal, mais si vous êtes à la recherche d’une expérience plus classique sous Windows, essayez GemiNaut. Découvrez la liste de tout ce qui est en rapport avec le protocole sur awesome-gemini.

Gemini, en vrai, c’est surtout des petits blogs d’artistes ou de développeurs. Mais je crois que mon endroit préféré, c’est le midnight.pub. Un forum public, où tous les geminautes peuvent publier des messages. Souvent, ils racontent leurs vies. Les messages sont anodins, parfois drôles, parfois émouvants. Et en plus ils font semblant d’être vraiment dans un bar.

Gemini ne sera jamais un gros réseau comme internet, et il n’a pas la prétention de l’être. Mais il y a quelque chose d’attachant là-dedans. Pourquoi pas créer ma propre capsule ?

Jeu de rôle

Pour finir sur du jeu de rôle ou presque, voici quelques liens que j’ai trouvé intéressants du mois.

Bon juste avant, ça m’a fait rire de voir popper How Money Was Invented de l’excellent 1Dime dans mon fil Youtube. Les points abordés sur l’origine de la monnaie font écho aux articles sur l’économie dans le JDR que j’ai partagé le mois dernier.

The Homebrewer’s Pantry met à disposition un très instructif PDF remplis de règles maisons. Le frérot rassemble tout un tas de règles et d’approches du jeu de rôle, en mentionnant les jeux desquels elles viennent. On y retrouve des règles que j’apprécie particulièrement, comme le Injury at zero de Cairn, une approche des points de vie où être à 0 PV signifie que toute future blessure est potentiellement mortelle.

Dwarven Common Rule est un module sans système qui transforme nos classiques nains de nos campagnes en vrais petits communistes. En plus d’être jolie et droit au but, la petite brochure est assez immersive et remplie bien son rôle d’inspiration. Ça me donne envie de développer le concept. Si les nains de fantasy sont toujours associés à l’industrie, c’est normal que ce soit aussi les premiers à développer une classe ouvrière et donc les premiers à voir naître le socialisme moderne. Et puis bon, les socialistes partagent avec les nains le goût pour la barbe.

LIMINAL_ est un jeu de rôle pas encore sorti qui s’inspire autant de l’OSR que des Backrooms. Si j’ai des doutes sur la viabilité de ce jeu pour faire des campagnes longues comme je les aime, je sais d’avance que ça fera un PDF très intéressant à piller. Ils promettent des listes d’entités et de salles ésotériques qui alimenteront certainement les campagnes de nombreux maîtres de jeux.

Contrôlisme

C’était un mois de Mars très introspectif. Vous remarquerez l’absence de trucs relatifs au game dev dans ce récap par rapport à la dernière fois. Ça vient du fait que j’ai mis en pause mes ambitions de jeux vidéos parce que j’ai déjà beaucoup à faire avec PIQUE NIQUE et le prochain megagame, Premier Contact, que je devrais annoncer sur le site de façon formelle dans peu de temps.

À la prochaine. Si j’y pense.

précédent index suivant